partage

Le Festival International de Carthage: Mot de Mr Ali Marmouri

La 53ème édition du Festival International de Carthage constitue une nouvelle expérience au niveau de la gestion, dans la mesure où nous avons accompli un pas très important en matière de restructuration de l’Etablissement national de promotion des festivals et des manifestations culturelles et artistiques.

Cette expérience a besoin de temps et de conjonction des efforts et des bonnes volontés en vue de réaliser la réussite escomptée. En effet, l’objectif de la création de l’Etablissement en vertu du décret 733/2014 en date du 16 Janvier 2014, n’est nullement de tirer le tapis sous les pieds des directeurs des festivals comme le prétendent certains.

L’Etablissement œuvre plutôt à réaliser un plus grand rayonnement des festivals sous sa supervision : le Festival International de Carthage, les Journées Théâtrales de Carthage, la Foire Internationale du Livre de Tunis et les Journées Musicales de Carthage.

L’Etablissement a également pour mission de développer les méthodes de gestion des manifestations culturelles et artistiques aux plans de la programmation et de la meilleure exécution possible et du financement, en développant la coopération, le partenariat, le sponsoring et le mécénat avec les entreprises privées et la société civile, tout en œuvrant à consacrer la décentralisation culturelle dans notre pays.


Il est probable que l’Etablissement n’est pas la formule idéale qui permet au ministère des Affaires culturelles de superviser les festivals. Il n’en demeure pas moins que c’est la formule à laquelle on est parvenu après la Révolution du 14 Janvier 2011. Il nous incombe d’œuvrer afin de faire aboutir cette expérience.

Il n’est plus acceptable d’organiser des festivals internationaux des années durant sans que l’on puisse trouver un seul document d’archive y afférant.

C’est pourquoi, nous sommes déterminés à préserver la mémoire des manifestations artistiques et culturelles en Tunisie, comme nous nous engageons à fournir l’aide nécessaire aux directeurs désignés à la tête de ces manifestations pour accomplir leur mission dans les meilleures conditions.

Ces directeurs font partie de nos meilleures compétences, chacun dans son domaine. Les choix du ministère étant de s’ouvrir sur les acteurs de la scène culturelle et de parier sur nos élites de manière à concrétiser l’apport souhaité, loin de toute exclusion.