partage

Médias : Lu sur Jeune Afrique : La Tunisie saigne et tout le monde feint de l’ignorer

Notre consœur Fawzia Zouari*, originaire de Dahmani, écrivaine et également journaliste auprès de Jeune Afrique, a publié le vendredi dernier un article intitulé : 'La Tunisie saigne et tout le monde feint de l’ignorer', dans lequel elle est revenue sur une Tunisie mal dans sa peau.

La journaliste a voulu mettre en exergue un schéma assez négatif du quotidien vécu par les tunisiens à prés de 6 ans de la soi-disant 'Révolution de Jasmin', dont on nous a tous bernés et qui finalement n’a rien apporté au Peuple qui continue à se battre pour survivre.

Zouari, a énuméré un certains nombre des maux de ce pays qui n’a pas encore trouvé une issue à toutes ses difficultés, ni vu le bout du tunnel, dont le tourisme qui peine à retrouver ses années d’antan, ou la cherté de vie qui a vidé les poches des pauvres citoyens, le chômage qui ne cesse d’étouffer une jeunesse perdue et menacée, ou encore cette corruption dont le venin circule désormais partout.

La journaliste s’est posé la question : Que fait le gouvernement pendant ce temps-là ?...

-------

* Docteur en littérature française et comparée de la Sorbonne, Zouari vit à Paris depuis 1979. Elle a travaillé durant dix ans à l'Institut du monde arabe — à différents postes dont celui de rédactrice du magazine Qantara — avant de devenir journaliste à l'hebdomadaire Jeune Afrique en 1996.

Anouar CHENNOUFI