partage

Médias : Réaction du prince Moulay Hicham Alaoui sur France 24 après son expulsion de Tunisie

La Chaîne de télévision France 24, a invité à son plateau le prince Moulay Hicham Alaoui (cousin du Roi Mohamed VI) pour qu’il explique les raisons de son expulsion par les autorités tunisiennes, au cours de la journée du vendredi 8 Septembre 2017, alors qu’il devait participer à un débat  académique prévu le dimanche.

Nous vous laissons découvrir le résonnement du prince, dans cet enregistrement :

Dans le même contexte, nous avons reçu un communiqué émanant du Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie (Membre du Réseau Euro-méditerranéen des Droits de l’Homme) à Paris, concernant cette expulsion, que voici :

‘’ Vendredi dernier, les autorités tunisiennes ont procédé au refoulement manu militari du prince marocain, Moulay Hicham cousin du roi Mohamed VI.

Selon plusieurs comptes rendus de presse concordants, cinq policiers ont investi l’hôtel où le prince et sa famille sont descendus et les ont reconduits de force à l’aéroport, refusant de fournir la moindre explication de cette décision arbitraire. Il semble évident que le gouvernement tunisien voulait « faire une fleur » au pouvoir marocain excédé par les positions du prince contre la politique répressive au Maroc.

Moulay Hicham, qui réside aux États-Unis pour fuir les persécutions dans son pays, n’a, en effet, cessé de critiquer les choix politiques au Maroc et d’exiger des réformes démocratiques réelles incluant l’abolition des privilèges du Makhzen et la désacralisation de la personne du Roi.

Nous voilà revenu au temps de la complicité maroco-tunisienne, celui des années de plomb pour les combattants de la liberté. Au temps où Houcine Manouzi, syndicaliste et opposant politique condamné à mort par les autorités marocaines, pouvait être enlevé à l’aéroport Tunis Carthage et livré illico à la police de Hassan II de sinistre mémoire.

Cette expulsion serait-elle un signe des temps ? Elle intervient à un moment où le pays est inquiet face au retour de figures emblématiques du régime de Ben Ali au pouvoir.

Nous tenons à dire notre solidarité avec le prince Hicham et l’indignation que nous inspire l’expulsion dont il a fait l’objet qui constitue une violation des droits de l’homme et de la liberté de circulation garantie par l’État de droit.

Nous tenons également à rappeler à ceux qui nous gouvernent que le pays n’est plus ce qu’il était, que la société civile ne se laissera plus faire. Et qu’elle se dressera contre cette dérive et démentira les rêves des nostalgiques du « bon vieux temps » de l’arrogance autoritaire et de l’arbitraire. ‘’

Anouar CHENNOUFI