partage

Festival International de Hammamet : Netherworld "La révolte de Don Quichotte" de Walid Daghsni

L’histoire d’une ville énigmatique

Le public de Hammamet et les férus du théâtre ont été gâtés le samedi 5 aout par la représentation de   Netherworld "La révolte de Don Quichotte" de Walid Daghsni au programme du Festival International de Hammamet.

Cette œuvre, riche en significations, est une analyse plutôt satirique des évènements qui ont marqué la Tunisie pendant  les cinq dernières années. Une critique sarcastique des surenchères socio-politico-intellectuels qui ont qui ont freiné l’évolution de la transition démocratique d’un pays qui se croyait libéré du totalitarisme.

Alternance entre obscurité et lumière, folie et raison, despotisme et justice, terrorisme et sécurité, ignorance et connaissance, médias et réalité, autant de contrastes révélés par la pièce chargées de sens et de symboles à même de stimuler les esprits et éveiller les consciences.

Par la dynamique effrénée des acteurs et la cadence accélérée des scènes et les idées endiablées qu’elle développait, la pièce est une invite à la réflexion autour du mal qui règne sur terre. Perplexe, le spectateur a beau tenter de reconnaitre le personnage de Don Quichotte de Miguel de Cervantes  parmi ceux de la pièce sans le trouver,  car il n'est qu'un concept flottant dans l'air utilisé comme prétexte  et cadre de référence philosophique à Netherworld , que Walid Maghsni a emprunté à la légende de Don Quichotte. 

Les quatre prix décernés à cette œuvre lors du festival international de théâtre "soirs de rituels" (Aasheyet Toukous) en Jordanie (meilleur réalisation, meilleur acteur, meilleure actrice, meilleur costume) ne seraient certainement pas les derniers de la liste.

Syrine Ben Dossa