partage

Carthage 2017 - Opérette Lemdina de Nafaâ Allani : Une belle démonstration de la richesse et de la diversité de notre patrimoine musical citadin

Les recherches sur le patrimoine musical national  et son évolution à travers l’histoire est de plus en plus au cœur de l’attention de nos musiciens qui proposent et multiplient les travaux en vue de mettre à jour les spécificités de notre héritage musical, que des générations de créateurs ont édifié et  enrichi par leurs  apports respectifs en participant à leur manière à la consolidation de notre identité culturelle de tunisiens  fiers héritiers d’Hannibal et de la reine Elyssa .

Cette nouvelle tendance dans la prospection culturelle n’est pas aisée et suppose non seulement de grands moyens mais aussi une profonde maitrise du corpus patrimonial musical.


Lemdina de Nafaâ Allani présentée  lundi 18 juillet au théâtre romain de Carthage  dans le cadre de la 53ème édition du Festival International de Carthage en est une illustration des plus édifiantes. Sur une mise en scène originale d’Amel Olwane et en collaboration avec la chanteuse Mi Ra, Nafaâ Allani a déroulé un siècle de musiques et de chansons tunisiennes en survolant les trois étapes clés de notre histoire contemporaine, depuis la colonisation jusqu’aujourd’hui, en passant par la période charnière de la lutte pour la libération nationale.

 

C’est une œuvre pour le moins audacieuse car l’infime erreur fera une tache d’huile et suscitera les réactions orageuses des puristes. Mais la peur semble-t-il ne fait pas partie de la culture de Nafaâ Allani, de Amel Olwene ni de Mi Ra qui ont excellé ce soir-là dans leur démarche d’historiographes fidèles à l’histoire mais aussi conscients des enjeux de l’actualité.


Dans un style d’opérette, où les couleurs les costumes, la danse et le chant sont les éléments fondamentaux du spectacle, Lemdina a tenté de faire la synthèse de l’évolution de la musique tunisienne en démontrant sa grande diversité, ses multiples emprunts, ses principales  tendances et ses figures les plus emblématiques, dans une dynamique de progression continue qui se termine par une ouverture sur l’avenir matérialisée par les compositions personnelles de Nafaâ Allani.

L’opérette qui se présente sous forme d’un conte, s’ouvre par un tableau d’une extrême beauté  présentant une soirée mondaine pendant la période coloniale où les voix des chanteurs tunisiens de confession juive enchainaient leurs plus beaux chants. De Louisa Erttounissia avec sa fameuse « El Boredgan » ou encore « ManhebbechEnarress »  à l’inimitable chikh  Al Efrit en passant par tant d’autres, Lemdina a rendu un hommage mérité à la musique judéo tunisienne  qui prédominait à cette époque où Tunis était une capitale très cosmopolite.


La deuxième partie de ce spectacle qui en compte trois, a survolé l’une des étapes les plus cruciales du dernier siècle marqué par l’un des courants les plus féconds de notre histoire culturelle récente à savoir TahtEssour. Nafaâ Allani y a puisé  les œuvres marquantes  de ses figures emblématiques dont notre Salha Nationale superbement représentée par Mi Ra en robe de soirée typiquement tunisoise.

Le spectacle bien  ficelé sur le plan notamment musical grâce à la virtuosité du chef d’orchestre Mohamed Gritli a évolué avec beaucoup de subtilité et harmonie pour mettre en relief   la richesse de la période des années cinquante et soixante périodes au cours desquelles les voix notamment d’Ali Riahi, de HediJouini, et Mohamed Jamousssi retentissaient de partout jusqu’au fin fond de la Tunisie grâce à la jeune radio nationale et la généralisation du Transistor.

Le public a été séduit par les chansons mais aussi par la superbe chorégraphie et la fraicheur des danseurs et danseuses aux costumes éclatants de couleurs et de beauté. La dernière partie de cette opérette a été réservée aux nouvelles créations de  Nafaâ Allani qui a signé son ouverture sur le monde et son inspiration des autres cultures même les plus lointaines.


Lemdina est un très beau spectacle à voir et à revoir.

 
\n\ "; if (article.album != null) { articleDiv = ''; } document.title = 'Tunivisions | Le magazine people des Tunisiens ! | ' + article.titre; ga('set', 'page', link); ga('send', 'pageview'); $("#chargement").append(articleDiv); }); } ; } } ); dbReq += 1; } }); $(window).scroll(function () { if ($(this).scrollTop() < 600 && $(this).scrollTop() > 150) { $('#_share').css({ "top": "120px" }); } else if ($(this).scrollTop() > 600) { $('#_share').css({ "top": "-1020px" }); } else { $('#_share').css({ "top": "" }); } });