partage

Festival International de Hammamet: Spectacles InDoor Musique

Alphawin populaire

Le groupe « Alphawin Populaire » c’est l’improbable osmose entre des musiciens de divers horizons réunis par Nidhal Yahyaoui et produit par Le Centre Culturel International de Hammamet.

Le projet qui sera présenté à nouveau au public, sera un mélange étonnant de Mézoued et de musique électronique. Les musiciens puisent dans le patrimoine tunisien ancestral et y ajoutent de leurs talents pour un résultat aux sonorités et effets visuels très riches.

 

Yassine Boulares

Compositeur, saxophoniste ou producteur, Yacine Boulares est en effet un artiste atypique, franco-tunisien installé à New York, il fait ses premières armes auprès des plus grands dans des répertoires très variés. Sa musique est le reflet d’une multitude d’influences : festive, sophistiquée et méditative.

 

Avec AJOYO, Yacine Boulares nous offre un voyage festif aux confins du jazz, de la soul music et des rythmes traditionnels africains portés par la voix de la jeune star montante du jazz Sarah Elizabeth Charles. On s’y laisse embarquer en pensant à Fela Kuti, à Oum Kholthoum, à Charlie Parker et à Donnie Hathaway.

 

Amine et Hamza Mraihi

Loin des stéréotypes musicaux, les deux frères tunisiens Amine et Hamza Mraihi, maitres du Oud et du Kanun, deux instruments piliers de la musique arabe, brandissent leurs instruments en signe d’invitation au voyage et au rêve dans un univers musical où se mêlent rêveries méditatives, structures parfois complexes et solos débordants d’énergie.

Ils seront accompagnés lors de la soirée par le violoniste virtuose Suisso-Indien Baiju Bhatt, du saxophoniste Valentin Conus, le maitre des tablas indiennes Prabhu Edouard, du batteur Maxence Sibille et du bassiste Jean Pierre Schaller.

 

DIEGO EL CIGALA

Que dirait la fourmi à la cigale de Jean de La Fontaine : « eh bien dansez maintenant ! ». Certes, mais pour rester indestructible.

Une voix puissante, expressive, forte et vulnérable à la fois, la pierre angulaire du flamenco contemporain, Diego El Cigala réinvente le son de la Salsa.

Né en 1968 à Madrid, Diego El Cigala chante depuis toujours le cante jondo, le "chant profond" de l'Andalousie.

Son nouvel album « l’indestructible » est un véritable voyage évoquant la Salsa des années 1970, sensuelle et crue mais aussi un hommage à ce courant musical né du mélange de la musique afro-cubaine.

 

 

Oxmo Puccino

Son nouvel album s’appelle “La Voix lactée”. Oxmo Puccino milite pour un rap poétique, libéré des clichés et du culte de la réussite. L’enfant de Ségou, au Mali, s’est fait sur le tard une place à part. Après qu’il s’est frotté à la première génération du hip-hop parisien, il s’est écarté des clichés dans lesquels se sont englués nombre de ses comparses.

 

Hassen Doss

TAYER

Il est le premier ténor tunisien à s’imposer sur la scène internationale. Maître d'opéra à la voix d’or et précurseur de ce genre musical en Tunisie. Il présentera à Hammamet son nouveau spectacle « Tayer » où douze chansons, inspirées du patrimoine, se retrouvent dans une grande toile caractérisée par un genre musical assez singulier mais aussi par une mise en scène exceptionnelle.

Six talentueux musiciens ainsi qu’une chorale de vingt personnes accompagneront le ténor. La danse sera omniprésente tout au long du spectacle avec différents tableaux méticuleusement chorégraphiés qui animeront chaque morceau musical.

 

BETH HART

La belle peut devenir une véritable bête sur scène,  Beth Hart ! Lorsqu'elle chante, les            pendules s'arrêtent, les cœurs se mettent à danser et les poils se hérissent ...

Dotée d'une voix puissante et naturellement bluesy la chanteuse américaine enchaine avec une incroyable aisance la plus sensible des ballades. Blues, soul, jazz, country, rock, le registre de Beth Hart est assez large.

Titulaire d'une nomination aux Grammy Awards, Beth Hart, également auteur et compositeur, est reconnue dans le monde entier comme l'une des plus grandes "voix live" d'aujourd'hui.

 

 

HOUYEM YOUNES

Houyam Youness est une chanteuse libanaise. Doté d’une capacité vocale impressionnante, Houyem Younes arrive à atteindre une notoriété internationale. Parmi ses titres connus : ‘Karmi debes’, ‘ta3laka Albi'.

 

 

ADNENE CHAOUACHI

Chanteur, compositeur tunisien qui a marqué toute une génération par son timbre vocal singulier, ses textes qui ont traversé le temps grâce à la sincérité et la profondeur du propos. Il a interprété des chansons arrangées par de grands compositeurs à l’instar de Salah Mehdi, Ridha Kalai, Mohamed Ridha, Samir Agrebi, comme il a composé lui-même plusieurs chansons écrites notamment par Habib Mahnouch, Ridha Khouini, Jlidi Laouini.

 

Zied Gharsa

Cette soirée sera sans conteste, un moment fort dédié à la musique tunisienne authentique et un hommage aux grands maîtres de cet art intrinsèquement tunisien qui perdure encore et toujours grâce à Zied Gharsa qui est aujourd'hui l'un des meilleurs interprètes du patrimoine musical classique.

Zied Gharsa est sans doute la mémoire vivante de la musique traditionnelle tunisienne qu'il a su conserver, enrichir et parfois même faire évoluer avec soin et virtuosité dans une rare alchimie dont il est le seul à connaitre le secret.

 

 

Babylone

Avec 80 millions de vues sur Youtube, le groupe Babylone explose aux pays du Maghreb et partout dans le monde. Il remporte deux prix en 2014, dont celui de la meilleure chanson de l’année avec son tube “Zina”, lors de la cérémonie des Algerian Music Awards. Ce groupe né fin 2012, est composé de trois amis : Amine, chanteur, auteur et compositeur, ainsi que son ami d'enfance Rahim, guitariste et compositeur, originaires tous les deux de Gouraya, et leur copain de faculté, Ramzy, originaire de Constantine, guitariste-né et également compositeur du groupe Babylone.

 

 

TAMER ABU GHEZALA
Inclassable, puissant sur disque comme sur scène, il est le porte-étendard d'une modernité musicale arabe qui ne demande qu'à être connue de ce côté de la Méditerranée. Tamer Abu Ghezala est performeur aussi doué́ que créatif. Ce chanteur palestinien, multi-instrumentiste, compositeur et producteur est sans doute l'artiste du monde arabe le plus novateur de sa génération.
Thulth son nouvel album, nous emmène à des terrains luxuriants et complexes avec un son riche, qui coule avec une mélodie mélancolique et douce. Il nous emmène aussi dans des parois fermes et féroces du son - un rappel aigu des aptitudes de Tamer Abu Ghazaleh .

 

Dina El Wedidi

Cette chanteuse de 27 ans s'impose comme une figure montante de la scène underground égyptienne. Originaire du Caire, elle a le déclic de la scène en 2010. Grisée et engagée, elle va jusqu'à se faire l'écho du mouvement contestataire sur la place Tahrir pendant le printemps arabe. En pleine tournée, elle sillonne les Etats-Unis avec dix autres artistes du collectif The Nile Project.

 

TINARIWEN

Les seigneurs du blues touareg ne quittent visiblement pas les sommets.

Venus des profondeurs du désert, Tinariwen, est un groupe fascinant emmené, depuis plus de 30 ans, par Ibrahim Ag Alhabib . Ces musiciens sont des Touaregs originaires du Mali et de l’ Algérie.

Leur musique, assouf, qui signifie en tamasheq, la nostalgie, fait la synthèse entre le blues, le rock et la musique traditionnelle touareg.

 

Raoudha  Abdallah

Après son spectacle « Asrar » qui a remporté le prix du meilleur spectacle musical tunisien dans le cadre de la troisième édition des Journées Musicales de Carthage, Raoudha Abdallah présentera à Hammamet sa nouvelle œuvre « Gottayti » qui s’inspire des rythmes et des mélodies du patrimoine Tunisien et met à l’honneur la chanson Tunisienne à travers ses compositions, ses textes et son empreinte locale et maghrébine d’une manière générale. Une œuvre qui se dessine à travers son orientation musicale, ses mélodies, ses textes et ses chansons qui reflètent ses rêves et ses idées et simulent l’espoir et le rêve ancrés dans chaque personne.

 

LOBNA NOOMENE

Pour réconcilier leur désir d'engagement et leur amour du spectacle, l’équipe artistique de « Ken ya ma ken » a convoqué tous les codes esthétiques du "musical" sur scène, avec la voix gracieuse de Lobna Noomene. Quant aux textes des chansons, ils renvoient aux problèmes du monde et sont mitonnés à la vibration de chaque instrument, le corps y compris. Résultat : le spectateur ne sait pas s'il doit jouir ou pleurer face à un mélange détonnant de féérie et de noirceur.

 

Ilham Al Madfai

Guitariste, compositeur et chanteur irakien. Ses mélodies sont appréciées à la fois au Moyen-Orient et en occident pour son style très singulier, un véritable mélange des différents styles occidentaux (flamenco, rock) et de la musique traditionnelle irakienne. Il a modernisé la musique irakienne, en reprenant avec une belle intensité les poètes arabes Nizar Qabbani, Ilya Abu Madhi ou Abou alqassim al-Shabi.

 

 

BADIAA BOUHRIZI

LOVE REVOLT

Badiaa Bouhrizi, présente son nouveau projet “LOVE REVOLT”, nouvelles compositions originales à l’ambiance éthérique et minimaliste où est célébré l’amour et ses tourmentes avec Hedi Fahem à la guitare, Youssef Soltana à la batterie, Marwen Soltana à la basse, Selim Arjoun au piano et Keys, Wissem Ziadi au violon et Malek Ben Halim aux percussions.

Avec son style vocal distinctif et ses paroles engagées, elle a réussi à créer une fusion musicale unique, inspirée par Jazz, Soul, Rock, tripHop et musiques classiques.

 

RICHARD BONA

Un cocktail afro-latino détonnant pour le retour du "surdoué de Douala" nouvellement signé sur le label de Quincy Jones.

Avec une voix à faire frissonner, une maîtrise impitoyable de la basse, une écriture unique, des arrangements experts et une capacité à jouer de n’importe quel instrument juste en l’observant, le camerounais , Richard Bona s'est imposé parmi les rares artistes africains à s’être établi une réputation internationale qui dépasse les frontières culturelles. Son nouvel album "Heritage" est un florilège du patrimoine commun des richesses de la musique populaire et traditionnelle de l'Afrique Occidentale et de Cuba.

 

47 SOUL

 

Un groupe de Dabke aérodynamique (Shamstep) formé à Amman en 2013. Les membres sont enracinés dans Bilad Al-Sham, Ce nouveau son de 47SOUL a rapidement amassé les fans dans le monde arabe et l'Europe à travers des scènes de musique underground.

Chaque spectacle se termine par la danse et la transe implacables de toutes les parties impliquées. Leurs paroles, mélangeant l'arabe et l'anglais, appellent à la célébration, à la liberté et à la lutte pour l'égalité.

 

HAMZA NAMERA

Chanteur, auteur et multi-instrumentiste, Hamza Namira est dit le "nouveau Sayyid Darwish». Il insiste à travers ses chansons à discuter des problèmes sociaux et humanitaires réels et pertinents, pour nous maintenir solidement ancrés dans notre culture et notre tradition et rêver d'un meilleur avenir.

 

ALBOROSIE

Le Reggae n'est plus réservé à une certaine couleur de peau ou une nationalité.

Premier artiste italien de reggae à avoir un écho international, Alborosie mélange ses influences dub, soul et funk. D'origine sicilienne, l'artiste revisite le reggae en Jamaïque

Il rassemble tous les aspects de l'artiste reggae en vogue, une tête d'affiche qu'on s'arrache qui a composé, écrit, joué et produit une succession d'albums.

 

Lena Chamamyan
Associant le raffinement du traitement des modes dans la musique arabe et leur subtile ornementation à une interprétation engagée dans l’émotion, cette artiste célèbre puise dans les cultures dont elle est issue. A travers des compositions et des arrangements pour instruments acoustiques, à la manière d’un orchestre de chambre contemporain. Sa voix mélodieuse se prête aux répertoires arménien et syrien. Adepte du chant classique oriental, cette artiste a exploré d'autres genres musicaux, notamment le jazz, la musique traditionnelle arménienne, qu’elle intègre à son style vocal afin de l’enrichir, le façonner et lui donner son identité́.

 

Wajdi Riahi
Wajdi Riahi porte un intérêt particulier au Jazz, à la variété musicale africaine en général et au patrimoine tunisien en particulier. Il explore la relation qui unit ces genres musicaux à la dimension historique et anthropologique, notamment la richesse des mélodies et des rythmes caractérisés essentiellement par l'improvisation.

 

HABOUBA CHANTE ET DANSE

C’est une soirée en guise d’hommage à la vedette de la chanson populaire Hédi Habbouba. Le spectacle est signé Samir Agrebi, d’après une scénographie de Chedly Arfaoui avec la collaboration chorégraphique de Rochdi Belgacemi.

Habbouba, cet artiste, très proche au cœur des Tunisiens, est à la fois un mystère et un phénomène jamais élucidé. Sur scène, il dérange et hypnotise en même temps. Des chansons comme « Aouichah », « lila wel Mezoued Khaddem », « Hak Dellali », ont conquis le public.

 

CALYPSO ROSE

Oubliez les épines, car elle en a, et cueillez sans plus tarder cette (Calypso) Rose dans une ambiance de carnaval. Elle a 75 ans et semble plus fraiche que jamais. Far From Home doit bien être le 20ème album de sa fourmillante discographie et le dernier chapitre d'une tumultueuse carrière professionnelle débutée en 1964. Elle est unique, tant par son énergie, son courage, et son talent.

Surnommée la reine du calypso qui est une musique de carnaval à deux temps issue des Antilles (Trinidad et Tobago) et du Venezuela elle a remporté, en février 2017, la victoire de l'album de musiques du monde de l'année, pour son album « Far from home ».

 

Mohamed Mounir

La veine pop de ce chanteur égyptien qui a acquit au fil des années le surnom de La Voix de l'Égypte en raison de ses chansons à coloration politique et sociale, trouve ses racines dans les divers registres musicaux arabes et africains. Mohamed Mounir, Le KING, doit également son nom à ses participations à de nombreux longs-métrages et à des séries télévisées.

 

ANOUAR BRAHEM

Blue Maqams

Le grand joueur de oud tunisien tend de solides ponts entre musique arabes et jazz. Comme un dialogue spirituel entre les genres et les continents qu’il entame lors de ce concert avec Dave Holland, Nasheet waits et Django Bates.
Depuis plus de 25 ans, Anouar Brahem promène son oud dans des contrées inattendues. Impressionniste de la mélodie et improvisateur toujours inspiré, le musicien tunisien fait surtout vaciller les paravents entre les genres. Grâce à lui, la musique arabe et le jazz ont entamé un dialogue singulier qui touche au sublime. Une conversation entre passé et présent, tradition et modernité. iIl réalise une fusion de toute beauté, porteuse de valeurs universelles.

 

 
\n\ "; if (article.album != null) { articleDiv = ''; } document.title = 'Tunivisions | Le magazine people des Tunisiens ! | ' + article.titre; ga('set', 'page', link); ga('send', 'pageview'); $("#chargement").append(articleDiv); }); } ; } } ); dbReq += 1; } }); $(window).scroll(function () { if ($(this).scrollTop() < 600 && $(this).scrollTop() > 150) { $('#_share').css({ "top": "120px" }); } else if ($(this).scrollTop() > 600) { $('#_share').css({ "top": "-1020px" }); } else { $('#_share').css({ "top": "" }); } });