partage

Conférence de presse de M. Mokhtar Rassaâ directeur de la 53ème édition du festival International de Carthage

Les représentants des médias publics et privés se sont déplacés massivement cette année pour couvrir la conférence de presse de la 53ème édition du Festival International de Carthage, tenue jeudi 22 juin 2017 à partir de 22h00, à l’hôtel Ramada Plazza à Gammarth. Devant un écran géant interactif et en face d’une assistance très attentive, M. Mokhtar Rassaâ, Directeur de cette 53ème édition a tenu tout d’abord à saluer au nom du ministre des Affaires culturelles et du Directeur général de l’Etablissement national de promotion des festivals et des manifestations culturelles, le soutien indéfectible de tous les sponsors dont l’engagement en faveur de la promotion du festival de Carthage est à l’origine de sa notoriété et de sa pérennité, eu égard au cout de plus en plus accru des spectacles et de l’immensité des besoin du festival en logistique. M. Rassaâ a souligné dans ce cadre, le rôle majeur de la Star, devenue un véritable mécène, l’engagement renouvelé de Tunisie Telecom et le partenariat de Tunisair sans laquelle le festival serait dans l’incapacité de prendre chaque année son envol.


Et c’est dans une ambiance très décontractée, que le directeur du festival a révélé par la suite les noms des gagnants du prix du meilleur article de presse, attribué à Moufida Khlili du journal de Maghreb et du prix de la meilleure photo attribué à Nabil Landolsi. Parrainés par Bargou et d’une valeur de 2000 dinars chacun, ces prix récompensent le travail accompli par les deux gagnants tout au long de la 52ème édition du festival, au cours de laquelle ces prix ont été lancés.


M. Mokhtar Rassaâ a ensuite passé en revue le programme de la 53ème édition du festival de Carthage qui offre à son public, 27 soirées à l’Amphithéâtre de Carthage et 13 soirées au Musée de Carthage. Fidèle à son histoire et renouant avec son passé artistique et culturel, le festival de Carthage, va au-delà de la scène mythique de l’amphithéâtre, du musée et de l’Acropolium pour intégrer dans son action cette année, les espaces culturels de la région dans le cadre d’un programme spécial baptisé « Résonances Carthaginoises ». Dans ce cadre, a-t-il annoncé, L’Agora accueillera, « Les matinales de Carthage », avec quatre colloques qui se pencheront sur Carthage et les figures emblématiques qui ont marqué son histoire, l’objectif étant de mieux faire connaître et valoriser l’histoire de cette cité antique, de tirer profit de la vision de ses personnages.


Cinévog, un espace au cœur d’une localité populaire du Kram, accueillera quant à lui plusieurs activités en direction de la jeunesse, dans le cadre d’une manifestation intitulée « Graines de Carthage » qui offre notamment plusieurs ateliers de musique, de comédie et de slam, outre les spectacles de musique et de chant.
M. Mokhtar Rassaâ a fait savoir que la 53ème édition du festival a cherché à donner plus de visibilité aux œuvres tunisiennes en précisant que le choix a été porté sur la promotion des talents tunisiens qui ont besoin plus que d’autres de la scène de Carthage pour gagner en notoriété en Tunisie et ailleurs. Ce choix est perceptible à travers la programmation de Chady Garfi à l’ouverture du festival, avec une œuvre ontologique sur 60 ans de musique tunisienne avec la participation de célèbres chanteurs tunisiens et de la jeune Nour Kamar, dans un clin d’œil vers l’avenir.


Toujours dans ce contexte, le directeur du festival a évoqué par ailleurs le spectacle Madha qui déroule le patrimoine soufi de la région de Kairouan et du Sahel, dans une belle démonstration musicale et scénographique qui met en valeur l’immensité de la richesse musicale nationale, toutes expressions confondues.
La programmation de cette édition a tenu à répondre à tous les goûts en offrant à voir de la musique orientale, avec la présence des plus grandes stars de la chanson arabe, du rap tunisien, de la musique populaire mais aussi des soirées de jazz, de théâtre, avec une grande ouverture sur le monde. Le directeur du festival a noté que les principes qui président aux choix des soirées ne sont pas de l’ordre du personnel tant et si bien que le festival de Carthage n’est pas une manifestation à thème mais bel et bien un festival pour tout public. Cette édition a-t-il dit a réservé une grande place à la femme à travers plusieurs spectacles, à la jeunesse, à la Tunisie qui célèbre cette année son 60 anniversaire d’indépendance, mais aussi à la Syrie, meurtrie, à travers plusieurs de ses artistes.

 


M. Mokhtar Rassaâ a par ailleurs révélé les résultats d’une enquête lancée par le festival et réalisée par Sigma conseil sur la question de la programmation du festival. Cette enquête effectuée sur un panel du grand Tunis a donné de la visibilité aux comportements du public du festival avec des indices inattendus. Plus de 73% des interrogés sont satisfaits de la programmation proposée, 46% du prix des billets, 68 % de l’organisation. Sur la totalité du panel, 80% revendiquent de la musique dont 80,7% tunisienne, et 71 % orientale. 9% veulent du cinéma, alors que 24% seulement aiment voir de la dance…


En évoquant le budget de la 53ème édition M. Rassaâ a rappelé que Carthage bénéficie de 2 millions de dinars alloués par le ministère des Affaires culturelles avec cette année, une réduction de 400 mille dinars, eu égard à la conjoncture économique que traverse le pays. La chute de la valeur du dinar tunisien a eu un impact négatif sur les finances du festival qui accusent un manque à gagner de 800 millions. A cela s’ajoute les prix de plus en plus exorbitants des artistes étrangers dont les plus bas se situent dans une fourchette de deux cent mille Dollars. Cette nouvelle réalité du marché musical étranger dicte au festival l’impératif d’une gestion rigoureuse pour une plus grande mobilisation des ressources à travers la billetterie et des soirées à grand public afin d’équilibrer les dépenses.


M. Mokhtar Rassaâ a en outre salué les efforts déployés par Mme Amel Moussa qui a légué au festival d’importantes orientations en vue de sa promotion.