partage

ONG : Mise au point du CRLDHT, après la soirée du 20ème anniversaire au Mechtel à Tunis

Après la réception organisée par le CRLDHT à l'occasion de son 20ème anniversaire, une petite polémique a été déclenchée sur les réseaux sociaux à propos du micro donné enfin de cérémonie à un député du parti Ennahdha. Nous n'avons aucune intention d'en rajouter et surtout pas de répondre à des attaques ad hominem contre Kamel Jendoubi qui n'honorent pas leurs auteurs. 

Il nous importe en revanche d'éclairer les gens de bonne foi, qui ne connaissent pas l'histoire du CRLDHT, et qui se sont laissé embarquer dans la surenchère. 

  1. Cette réception a été organisée pour rappeler à tous le rôle joué par le CRLDHT dans le soutien à la résistance de tous les démocrates  contre la dictature de Ben Ali. C'est pour cela que nous avons tenu à inviter tous les amis, tous les militants, des acteurs devenus aujourd'hui responsables à Carthage ou à la Kasba et des opposants de tous les horizons. Cela ne préjuge d'aucune affinité. Le CRLDHT a été et demeure du côté des libertés contre toutes les exactions, hier, aujourd'hui et demain. Nous l'avons toujours exprimé et prouvé par l'engagement de nos militants. Il faut une sacré dose de mauvaise foi pour le nier.
  2. En fin de cérémonie, La parole a été donnée à Houcine Jaziri, député nahdhaoui, qui est un ami de longue date du CRLDHT. Faut-il rappeler que les militants de gauche qui ont fondé le CRLDHT l'ont fait pour défendre les militants de la société civile et les victimes de la répression sanglante, de Ben Ali dont l'écrasante majorité était composée d'islamistes. Jaziri est venu témoigner de cet engagement et dire la reconnaissance des gens de sa génération du courant auquel il appartenait en France. Nous tenons à le rappeler pour nos amis qui pourraient croire à un parti pris politique. Jendoubi l'a rappelé, le CRLDHT a défendu les islamistes victimes de Ben Ali  malgré les divergences d'opinion et de choix politiques. Tout le monde connait les préférences intellectuelles et politiques des fondateurs et des membres actuels du CRLDHT. Mais que l'on ne compte pas sur nous pour exclure ou traiter quiconque en paria.

Tunis – Paris le 14 décembre 2016

Pour le Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l'Homme en Tunisie

Mouhieddine Cherbib