Afficher la navigation

Tunisie - Médias : #3ayenjalsa pour Sami Fehri

Envoyer cette page
Votre nom
Votre e-mail
E-mail destinataire
Message
Publié le 17/10/2012




Le net et les « netteux » s’activent pour libérer Sami Fehri. Voilà maintenant bientôt 50 jours qu’il croupit derrière les barreaux. Son arrestation éclair, orchestrée par des manœuvres juridiques louches, a défrayé la chronique des plus grands journaux du monde, portant un énième coup à l’image du pays à l’échelle internationale. 

Mettons de coté ses antécédents qualifiés de « crapuleux » par certains, car l’affaire Sami Fehri concerne le journalisme en général et son arrestation a porté un grave coup de massue à la liberté d’expression en Tunisie. Toujours est-il que nous en sommes sortis avec une moral : Dans ce pays, le problème n’est pas la liberté d’expression, la vraie problématique c’est les libertés qui nous restent après l’expression.

Alors les membres du gouvernement ont beau nous rabâcher que la Tunisie est devenue le pays où siège la liberté d’expression, ce que les journalistes exigent aujourd’hui, c’est des garanties après s’être exprimés librement !


Une campagne internet a été mise sur pieds par les collaborateurs de Sami Fehri à travers une Fan Page : Free Sami Fehri, regroupant aujourd’hui près de 23 000 Fans.

Cette Fan Page a crée les hashtags : #FreeSamiFehri et #3ayenjalsa , une sorte de coup de gueule pour contester la mise sous écrou éclair du chef d’Ettounsia :



Les organisateurs vont marcher devant le Ministère des Droits de l’Homme, histoire de rappeler à Dilou que Sami Fahri est aussi un Homme, à la recherche de ses Droits !

Une pétition virtuelle a été crée pour tous ceux qui veulent afficher leur soutien à Sami Fehri et Un évènement sur Facebook appelant au rassemblement devant le Ministère de Samir Dilou.

 

Heni Hnana
Note : 10 /10 - 1 avis
RÉAGIR À CET ARTICLE
Chargement de la page
Tunivisions.net