Afficher la navigation

Tunisie – Cinéma : L’innocence des Musulmans, un film produit par un juif pour narguer les islamistes dans le monde

Envoyer cette page
Votre nom
Votre e-mail
E-mail destinataire
Message
Publié le 12/09/2012

Suite aux évènements qui se succèdent actuellement à cause de la diffusion aux Etats Unis d’un film provocateur titré "L’innocence des Musulmans" (Innocence of Muslims), nous vous donnons quelques informations sur cette œuvre satirique.

 

Il s’agit d’un film qui est sorti le 2 juillet dernier, et qui a été produit par le promoteur immobilier israélo-américain, Sam Bacile, lequel avait réussi à convaincre une centaine de donateurs juifs à mettre sa disposition prés de 5 millions de dollars pour ce long-métrage satirique consacré à la vie du prophète Mohamed, et jugé blasphématoire même par la critique.

 

Cette œuvre qui a rencontré de vives condamnations de la part de la Ligue arabe, du mufti égyptien Ali Gomaa, du président du congrès général national libyen, Mohamed Youssef el-Megaryef, et du président des Etats-Unis, Barack Obama, fait actuellement l'objet d'une vague de protestations, et ce depuis le 11 septembre 2012, dans plusieurs pays arabo-musulmans comme la Tunisie, l'Egypte et la Libye, où un attentat contre le consulat américain à Benghazi a coûté la vie à l'ambassadeur américain Christopher J.Stevens.

 

Le film traite de l'homosexualité et de la pédophilie. "Le film est politique. Pas religieux" selon Sam Bacile, soutenu par le pasteur chrétien intégriste Terry Jones, qui s'est rendu célèbre auparavant pour avoir appelé à brûler le saint Coran.

 

Après sa traduction en arabe et sa diffusion via les réseaux sociaux, la colère est montée dans les populations musulmanes. La séquence vidéo du film, d’une durée de quatorze minutes, risque fort de mettre le feu aux poudres dans le monde musulman.


Sam Bacile, qui se présente comme un Israélo-américain d’une cinquantaine d’années, a affirmé dans un entretien à Wall Street, que cette vidéo est extraite d’un long métrage de deux heures. Dans son entretien avec le journal américain, Sam Bacile souligne qu’il s’agit d’un «film politique» et que «l’islam est un cancer».



 

A.CHENNOUFI
Note : 0 /10 - 0 avis
RÉAGIR À CET ARTICLE
Chargement de la page
Tunivisions.net