Afficher la navigation

A propos de l’appel d’Ahmed Mansour à l’armée et du défi démocratique

Envoyer cette page
Votre nom
Votre e-mail
E-mail destinataire
Message
Publié le 23/06/2012


Je ne sais pourquoi l’appel d’Ahmed Mansour à l’armée pour qu’elle rétablisse l’ordre après une semaine violente, pour des raisons absurdes puisque démenties quelques jours plus tard – une semaine qui a vu notre pays replonger dans l’interdiction de la circulation  nocturne (heureusement vite relevée), et non dans un couvre-feu dont la Tunisie n’est pas encore sortie depuis qu’il a été décidé par Ben Ali, en janvier 2011.

Il nous semble vraiment abusif et irresponsable de continuer de chercher à redresser le pays à coups d’accusations réciproques, les unes allant jusqu’à « l’accusation de trahison nationale », entre les différents acteurs et les différentes formations politiques. Dans cette perspective, qu’il y ait de la haine ou de la rancune dans les cœurs des uns ou des autres, il y a les hôpitaux pour les soigner ; mais la Tunisie est mère de tous ses enfants, elle ne peut et ne veut en rejeter personne. Dès lors si quelqu’un ou quelques-uns se retrouvent pour un temps à jouer le rôle de gestionnaire de la famille – et non de maître des lieux, comme cela paraîtrait pour certains --, tout le monde doit savoir que ce rôle ne peut être que celui d’un père et non celui du mari de la mère.

Ainsi, pour une ambiance saine de tractations ou d’émulations politiques, il faudra raison garder pour ne pas transformer le pays en champ de bataille et pour en faire plutôt un champ de labour permettant de travailler et de prendre de la peine à édifier le meilleur vivre-ensemble dans un pays paisible et rayonnant.

En tout cas, notre armée n’est ni sanguinaire ni mordue par le pouvoir ; elle a été éduquée à l’école républicaine et aux valeurs de citoyenneté. Elle ne saurait donc répondre à un appel qui ne soit pas dans l’intérêt du peuple, et elle en a donné la preuve. Que l’on cesse donc de faire de la surenchère sur son rôle et sur son devoir, elle les sait mieux que quiconque et n’a besoin du conseil ni de l’appel de personne.

De ce point de vue, autant il est malintentionné de voir certaines gens sauter sur un tour de langage pour chercher à porter préjudice à l’armée en croyant s’attaquer à un adversaire (certains sont allés à créer des scénarios fictifs pour cela), autant il est maladroit de la part de certains politiciens de fourrer l’armée à tout bout de champ pour construire leurs discours et conduire leurs combats.

Il serait vraiment regrettable de voir les ténors des droits de l’homme et les chantres de la démocratie échouer à la première occasion sérieuse qui les met à l’épreuve de la gestion démocratique et du respect des droits de l’homme. Pourvu que cette foule immense, qui, d’un coup, vient de découvrir l’héroïsme et le leadership politiques, ne lègue pas encore aux générations futures, dans les livres qui raconteront notre Histoire, un autre constat d’incompétence à la démocratie et d’insouciance sincère aux droits de l’homme.

Mansour M’henni
Note : 0 /10 - 0 avis
RÉAGIR À CET ARTICLE
Chargement de la page
Tunivisions.net