Afficher la navigation

Fares Belhassen L'homme aux facettes multiples!

Envoyer cette page
Votre nom
Votre e-mail
E-mail destinataire
Message
Publié le 31/12/2011

J'ai connu Majdi Smiri à tra­vers le feuilleton “ Njoum Ellil ”. Il m’avait fait venir dans sa boîte de production et m’a fait lire son scénario. J’ai tout de suite été emballé par le style, d’autant plus que le personnage de Mahdi qu’il m’avait proposé de jouer était très intéressant. “ Fausse Note ” est en fait un film policier, le premier en son genre en Tunisie. Une histoire racontée un peu à l’américaine avec un rythme d’évènements assez soutenu. Un vrai challenge pour moi en tant qu’amoureux du jeu ”.

Fares Belhassen incarne donc le personnage de Mahdi, un jeune architecte qui a réussi dans sa vie, sans histoires, qui va se retrouver du jour au lendemain, bouleversé à la fois par une histoire de mafia et une histoire d’amour. “ Mahdi est un bon vivant, qui a beaucoup de goût, aime l’art, assez gentil mais avec une certaine facette cachée qu’on découvrira à la fin du film. C’est un personnage assez courageux mais qui par moments se retrouve figé face aux problèmes qu’il rencontre ” , dit Fares.

 “ Je dois dire qu’il y’a certaines similitudes dans ma personnalité avec le personnage de Mahdi dans le sens où j’ai aussi un attrait à l’art, j’aime le côté esthétique, les belles choses...Par contre, c’est rare qu’une difficulté me laisse figé. Mahdi recule parfois pour mieux sauter, moi je ne m’arrête pas du tout ”.

Quand au côté sentimental du personnage, Fares nous confie : “ Mahdi ne croit pas vraiment en l’amour, moi si. Sinon, ça serait triste... Il faut savoir être romantique ”.

Le personnage de Mahdi est assez physique à jouer. Fares avoue avoir tout vécu dans ce film “ On devait courir, sauter un peu partout…Une fois, j’ai même pris un coup sur la tête. Il y’avait des scènes assez intenses dans le film. Il y avait beaucoup de travail psychologique aussi. J’ai essayé de me mettre dans la peau du personnage. Pour avoir certaines émotions comme la tristesse, il m’est arrivé de m’isoler dans le noir, assis par terre à écouter de la musique très triste ”.

Evoquant le tournage et l’ambiance du plateau, Fares en parle avec sa­tisfaction “ L’équipe du tournage est assez jeune, mais très motivée. Il y’avait beaucoup d’entraide. Tous étaient pros et dévoués. C’était vraiment une super rencontre humaine. Il y’avait beaucoup de complicité. Avec Lotfi Abdelli, on a beaucoup rigolé... Ce gars est vraiment incroyable. On a vécu de supers moments… J’ai été par ailleurs très impressionné par Majdi Smiri qui du haut de ses 27 ans a très bien géré son équipe. Il a mis toute son énergie et tout son argent dans ce film ”.

Fares Belhassen nous dit être très impatient quant aux réactions du public “ J’attends les critiques avec grand plaisir. Ce n’est que comme ça qu’on peut évoluer ”.


 


Narjess Mizouni
Note : 0 /10 - 0 avis
RÉAGIR À CET ARTICLE
Chargement de la page
Tunivisions.net