Afficher la navigation

Youssef Msakni Célibataire… Mais !

Envoyer cette page
Votre nom
Votre e-mail
E-mail destinataire
Message
Publié le 26/11/2011 15:24

Youssef Msakni, a commencé à impressionner depuis son entrée dans le monde du football professionnel. A 21 ans déjà, il est reconnu en tant qu’homme intègre et joueur fringant, il a évolué au poste d’ailier. Par une technique au dessus de la moyenne, par sa pointe de vitesse là ou il faut pour marquer des buts. Ce jeune joueur, formé au Stade tunisien, évolue depuis 2008 dans le club de l’Espérance sportive de Tunis (EST). Youssef Msakni est un grand espoir pour le football tunisien. Rapide, efficace et adroit devant le but, il cumule toutes les qualités du joueur moderne. Nous avons eu l’occasion de le voir autrement qu’un simple footballeur, avec une interview exclusive et pleine de petites histoires piquantes !

Pourrais-tu nous expliquer ton parcours jusqu’ici ?
J’ai commencé à jouer au foot comme la plupart des jeunes garçons dans mon quartier « el houma », à l’école, partout où on pouvait lancer un ballon. Et surtout moi, vu que je suis né dans un milieu de footballeur tel mon père ou mon frère qui m’emmenait aux entrainements. Et par la suite c’est Maher Kanzari qui m’a repéré et je me suis intégré dans l’équipe de l’Est.

Qu’est ce qui t’as poussé à faire du foot ?
Je ne pensais pas en faire une carrière professionnelle, mais je jouais parce que c’est un don et une passion que je voulais pratiquer sans aucune obligation.

Ta place sur le terrain ?
Je suis au poste d’ailier gauche, mais cela n’empêche que je joue en milieu offensif droit.

Quelles qualités faut-il pour devenir un bon joueur, selon toi ?
Je ne pense pas que c’est moi qui pourrait définir ce que c’est qu’un bon joueur, mais je sais qu’il faut travailler sur un don qu’on a et que seulement par la pratique et l’expérience que l’on devienne bon sur terrain.

Quelle est ta spécificité sur terrain ? Une anecdote peut être ?
Peut être que je sais bien dribler avec le ballon, on me dit souvent que c’est mon point fort, j’arrive même à dépasser trois joueurs en driblant. Et pour ce qui est une anecdote ; une frappe de loin ; c’est mon dernier but contre le Club Africain pour le championnat, je n’oublierai jamais ce but ! Nous dit-il avec un grand sourire.

Quels sont, selon toi, les avantages et les inconvénients de ce métier ?
Le premier et meilleur avantage c’est surtout le fait que je fais partie d’une grande équipe tel que l’Espérance sportive de Tunis, une équipe de titres. Mais l’inconvénient, auquel je pense est celui de toute personne connue et pas seulement les footballeurs ; c’est qu’on n’a plus le droit d’avoir une vie privée ni de vivre comme tout le monde, on est plus contrôlé et notre image est exposée à notre public qui pourra juger comme il le voit (rires), donc je n’arrive plus à avoir une vie normale comme les jeunes de mon âge. Il y a aussi un problème qui se pose lorsque, par exemple, on fait un nul ou on perd un match, on ne peut pas se permettre de sortir en public par peur que les supporters nous en veulent (rires) C’est vraiment dur la vie d’un joueur, mais je l’assume !
 
La famille et le foot ?
Ma famille m’a beaucoup encouragé à faire du foot une carrière, surtout que je suis né dans un milieu de footballeurs comme je l’ai déjà dit. Et toute ma famille en est fière, sauf que je ne passe plus beaucoup de temps avec eux et ça me manque souvent surtout quand je pars en stage bloqué. Pour le moment je ne suis pas marié, donc je n’ai pas de femme qui souffre du fait que je ne peux pas être toujours présent (rires).

Comment s’est passé ton intégration dans l’équipe ?
Dans de très bonnes conditions et par le cheminement le plus naturel qu’il soit. Quand Maher Kanzari m’a repéré il m’a envoyé effectuer un stage à Dubaï et à mon entrée j’ai intégré l’équipe de l’Est. J’étais l’un des plus jeunes lors de mon intégration, mais tout s’est passé dans une très bonne ambiance.

Ça fait quoi d’être l’un des joueurs de ton équipe ?
L’espérance est une grande équipe, et je ne suis pas le seul à le dire et j’en suis fier ! Je ne me vois en aucun cas jouer au sein d’une autre équipe en Tunisie autre que l’Espérance. Non ! même si on m’offrait beaucoup plus ! J’ai la fierté d’un espérantiste. Pour moi, il n’y a aucune équipe égale ou meilleure que l’espérance en Tunisie, dit-il avec assurance et grand sourire

Voudrais-tu un jour être autre chose que footballeur professionnel ?
Pour le moment je suis footballeur et je vais continuer à développer ma carrière professionnelle. Mais plus tard je ne conseillerai pas mon fils à le devenir ni à entrer dans le domaine du football. (Rires)

Quel est selon toi le meilleur footballeur actuel ?
C’est sans aucun doute Yacine Chikhaoui en Tunisie. J’admire beaucoup ce joueur !

Avec quel footballeur tu voudrais jouer un jour ?
Messi bien sur !!!

Une carrière à l’internationale ne te tente pas ?
Bien sur que ça me tente, comme je l’ai déjà dit je suis bien dans mon équipe et je ne compte pas la changer pour aucune équipe en Tunisie, mais quand on parle d’une carrière à l’échelle internationale, oui je voudrais bien un jour intégrer le championnat espagnol, je n’ai pas d’équipe préférée mais je veux jouer en Espagne.

As-tu un compte facebook ? Les fans et Youssef ?
Non je n’ai pas de compte facebook. J’en avais un mais je l’ai désactivé ! (rires) j’ai eu pas mal de problèmes avec ça, la je suis tranquille maintenant. Par contre, les fans ne me dérangent pas du tout, je me rappelle même une fois, lors d’un match à Sfax, une petite fille de 10 ans est venue me parler en me montrant des lettres « d’amour » qu’elle m’écrivait tous les jours, son père me disait qu’elle pleurait à chaque fois que je tombais lors des matchs. Et ça me fait vraiment très plaisir, cet amour des supporters.

La femme parfaite pour Youssef?
Je veux une femme qui respecte mon statut de footballeur. Elle doit surtout être compréhensive et respectueuse, c’est primordial pour moi ! Par le fait que je sois souvent en stage et pas toujours présent, je veux une femme en qui je peux avoir confiance ! Je suis très jaloux, donc je dois avoir confiance en elle. Sinon, je suis un homme qui aime les belles femmes, je la veux fine, élégante, « dalloula » et marrante. J’ai un modèle en tête mais je ne dirais pas qui c’est (rires). Oui j’ai quelqu’un, mais pour le moment je suis encore célibataire.

De futurs projets ?
Pour le moment je suis encore sous contrat avec l’Espérance sportive de Tunis, mais peut être plus tard je voudrais intégrer une équipe espagnole.


   

Jihene Boukottaya
Note : 8 /10 - 5 avis
RÉAGIR À CET ARTICLE
Chargement de la page
Tunivisions.net